Yé Lassina COULIBALY

Mobile : (0033) 6 76 03 71 66

Email: yelassocoul@yahoo.fr

_DSC0293

 

Ye  Lassina  Coulibaly, auteur-compositeur-interprète , chevalier dans l’Ordre du mérite des lettres, des arts et de la communication (agraphe musique et danse) du Burkina-Faso, membre du Conseil international de la danse auprès de l’UNESCO.

 

En tant que citoyen du monde, ma démarche d’aujourd’hui  me porte à vous faire partager à tous mes réflexions et préoccupations relatives à l’avenir de la planète.

Mon répertoire musical  et ma recherche artistique portent l’empreinte de ces préoccupations: l’eau, la sécheresse, la pollution de la nature, l’homme, l’éducation, la justice économique et sociale, l’aliénation, l’autonomie des peuples, le pillage des ressources naturelles des pays pauvres, la dérive des sociétés occidentales vers la mondialisation.

Tant qu’il existera des fonctionnements où certains, par profit, laisseront délibérément des êtres humains dans la misère, tant que des inégalités et des aberrations feront courir des risques au plus grand nombre ainsi qu’au principe même de la vie sur terre, mes mélodies défendront ces causes.

Sur la planète, les éléments sont tous différents  et complémentaires. Or, l’homme ne respecte pas assez ces éléments fondamentaux et détruit petit à petit notre planète.

L’économie de développement n’a ni couleur ni odeur mais les hommes, une fois puissants, deviennent orgueilleux et durcissent les lois… N’est-il pas temps pour les pays riches de partager leur richesse en étant reconnaissants et en donnant une leçon d’humanité?

Par exemple, si les Etats-Unis sont devenus puissants, c’est grâce à l’économie de l’immigration et aux lobbies. L’immigration choisie a toujours existé, elle est désormais assumée pour protéger l’économie des pays riches. Or, quand on achète les cerveaux d’un pays, on participe à son appauvrissement.

On est  dans un monde  de croyances, de civilisations diverses, entourés de gens rationnels,  de scientifiques, et on ne prend pas assez en compte le monde invisible.

Le modèle mondial  de société industrielle, de consommation, de recherche de profit, la mondialisation, au lieu d’améliorer la condition de l’homme n’ont  fait que l’isoler, fragiliser son autonomie,  lui enlever sa part d’humanité, le couper des éléments fondamentaux de la nature.

L’éducation de l’enfant vise sa réussite individuelle et oublie de remettre l’homme en lien avec les richesses de la nature et les valeurs de l’humanité.

Depuis la domination de l’argent , la solidarité et le souci de l’autre ont disparu. Tout échange se paie, on croit que l’argent achète tout, mais c’est faux l’argent n’achète pas la dignité.

Un autre monde est possible, nous ne sommes pas condamnés à subir les ravages de cette mondialisation et le cynisme des élites, on se doit de rechercher des alternatives.

 

Mon autre engagement pacifique, c’est la lutte contre le racisme que j’évoque également dans mon répertoire musical.

Lamusique au-delà de sa valeur culturelle et esthétique, doit avant tout  favoriser la communication et l’ouverture entre les hommes et les générations, quelle que soit leur origine sociale.

Ce qui peut réunir les gens, c’est la fibre humaine: l’émotion, le plaisir partagé, la souffrance, la solitude, l’isolement, le sac du désir  personnel qui n’est jamais comblé jusqu’au dernier soupir…

Il faut dire aux gens: le monde est chez vous, il n’est pas dangereux, mais porteur de richesse, le comprendre au travers de sa diversité culturelle c’est déjà apprendre à mieux vivre ensemble.

La première des choses, pour que les civilisations se respectent, c’est que l’humanité prenne en compte  la valeur de chaque culture quel que soit son mode d’expression, considère toutes les civilisations dans leur diversité et leur complémentarité afin de bannir toute idée de supériorité ou d’infériorité.

Chacun d’entre nous doit s’ouvrir pour se rendre compte que notre propre culture est valorisée par la culture des autres.

Voir l’humain derrière l’origine différente donne envie de s’approcher de lui pour comprendre et identifier la peur qui empêche de connaître.

Ma modeste expérience me permet de témoigner que la différence est toujours étrange… Ne sommes-nous pas tous des étrangers lorsque nous sommes en face des autres qui ne nous connaissent pas?

La peur et l’indifférence empêchent de reconnaître la richesse de l’humanité:  une seule race celle de l’homme.

Les humains, les lois cultivent les barrières, et jugent sur les apparences.

Si tout le monde parlait plus avec son coeur plutôt qu’avec sa tête, on éviterait la haine et l’isolement.

La nature ne s’est pas trompée en distribuant la sagesse aux hommes indépendamment des couleurs et des continents.

 

Je tiens à saluer les personnalités qui, par leur courage, leur talent, leur ouverture aux autres  ou leur résistance, ont défendu et fait valoir les droits des humains dans leurs différences:  une très grande dame danseuse-chorégraphe Elsa Wolliaston qui a fait reconnaître la danse africaine comme une discipline artistique auprès de la Fédération française de dance et du Ministère de la culture, les grands hommes Nelson Mandela, Gandhi et Martin Luther King, l’humaniste et poète Aimé Césaire, l’historien anthropologue Cheik Anta Diop, les grands auteurs-compositeurs-interprètes Claude Nougaro , Jacques Higelin, Peter Gabriel, Salif Keita, Johnny Clegg, Youssou N’Dour et  Mory Kante, Manu Dibango et Touré Kounda, puis le conteur-philosophe Gabriel Kinsa, les auteures -compositrices et chanteuses Catherine Lara, Nina Simone et Rachelle Ferell, le chanteur et chef d’orchestre Fela Kuti, les comédiens et philosophes Akogno Dolo et Sotigui Kouyaté, le metteur en scène Peter Brook, l’humaniste Raoul Follereau, l’humoriste Michel Colucci dit Coluche, un grand acteur de la culture Alain Meilland.